Découvrez pourquoi votre excès de poids peut avoir un lien étroit avec une blessure d’abandon, et de rejet?

 

 

 

 

Une blessure d’abandon, un sentiment de rejet induisent souvent des attitudes de compensation alimentaire pour refouler notre peur de l’abandon.  Comment savoir si c’est votre cas? Je  m’adresse particulièrement à tous ceux et à toutes celles qui ont essayé de maigrir, avec des  méthodes qui n’ont pas marché, mais aussi pour vous démontrer que la seule  volonté, aussi forte soit-elle, ne suffit pas à maintenir une perte de poids sur le long terme si certains blocages persistent.

 

Nous avons une vraie relation affective avec la nourriture. Ce qui est très important, c’est de prendre toujours en considération  les raisons psychologiques, physiologiques, et inconscientes de chaque personne. Sans cette connaissance préalable pour perdre du poids efficacement, et ne plus le reprendre, il y a de fortes chances pour que tous vos efforts restent vains.

 

C’est la même chose pour un fumeur qui décide d’arrêter. Pourquoi fume t-il? Depuis combien de temps, et à quel moment? Que cherche t-il à travers la cigarette..? Il y a autant de raisons de fumer conscientes, que de raisons inconscientes de fumer. Je suis certain que vous comprenez les similitudes  qu’il y a avec la nourriture. Or, si vous en avez assez de faire « yoyo » avec votre corps, en multipliant les régimes tous plus prometteurs, et que vous désirez des résultats tangibles sur le long terme, il est peut-temps pour vous, de choisir de vous pencher sur vos mécanismes psychiques.

Pour  connaître plus précisément les raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas perdre du poids de façon durable, répondez à ces quelques questions? Elles vont vous permettent de clarifier certains points auxquels vous n’aviez pas penser? Ensuite, et enfin vous avancerez dans la bonne direction.

 

Est-il possible que vous soyez souvent « anxieuse-stressée »?

Avez-vous du mal à vous affirmer, à dire non, à exprimer vos opinions, et vos besoins?

Cherchez-vous  l’approbation dans ce que vous faites?

Au contrario, est-il possible que vous ne vous permettiez pas de faire des choses dont vous avez envie?

Avez-vous besoin également d’être rassuré(e) sur les sentiments des proches à votre égard?

Est-ce que les mots tels que: « privation, obligation, il faut, je dois, »  raisonnent en vous?

De même, est-ce que la solitude, et  l’ennui sont des moments difficiles à supporter?

 

 

Abandon et prise de poids

 

 

Si vous avez répondu par l’affirmative à certaines de ces questions, alors il y a de fortes chances pour que vous essayez de combler des manques. C’est principalement le cas, lorsque l’on se jette sur des mets sucrés, pour compenser un manque affectif. Bien sûr, il n’y a pas que les manques affectifs liés à l’enfance, mais un ensemble  de conditionnements, et de situations restrictives qui sont à l’œuvre. Nommons les valeurs, croyances, et schémas indentificatoires, mais aussi des traumatismes, de la maltraitance psychologiques et physique etc…

Nous allons les énumérer à présent, et cette classification loin d’être exhaustive,  repose indubitablement sur 25 ans d’expérience, et de témoignages recueillis auprès de mes consultants(es).

 

La première raison, et sans aucun doute la plus conséquente, est un manque d’amour induit par une blessure de rejet, ou d’un sentiment d’abandon.  Une carence affective va naître et le cerveau va y remédier, pour maintenir l’équilibre.  Alors vous  allez consommer des aliments sucrés en général parce qu’ils  procurent des sensations de plaisir. Ces plaisirs qui vous ont été refusés dans l’enfance vont  trouver un exutoire par la nourriture. C’est un sentiment de tristesse qui subsiste en vous, et il n’est pas toujours conscient.

 

Parfois on ne réussis pas à faire le deuil d’un être cher, ou c’est une séparation  qui est à l’origine de la prise de poids. Nous cherchons donc à mettre un pansement sur notre tristesse parce que nous nous somme pas permis d’exprimer nos émotions douleureuses. Les sentiments sont refoulés parce que l’angoisse de la perte était trop difficile à supporter. Est-ce que cela évoque quelque chose pour vous?

 

Abandon et prise de poids

 

 

Puis, vous avez pu être victime d’abus sexuel, ou de maltraitance physique, et psychologique. Si c’est la cas pour certains(es), sachez que votre inconscient  n’est pas votre ennemi au sens large du terme, mais il  refoule ce qui est trop angoissant.  Il peut mettre en place des mécanismes de protection par une enveloppe corporelle disgracieuse.  L’enfant ou l’adolescent(e) pré-pubert va associer son corps à un objet de désir convoité et dangereux. Le corps va grossir afin qu’il ne soit plus désiré et désirable.

Plus tard, vous êtes des adultes, et les traumatismes de l’enfance sont loin, oubliés, ou relativisés intellectuellement, mais votre corps garde toujours cette empreinte. Vous faites des régimes, mais rien n’y fait. Rien ne bouge, vous ne perdez rien, si ce n’est votre volonté, et votre motivation. Vous déprimez, et les symptômes de la dépression sont  de plus en plus  fréquents. Des émotions négatives sont toujours présentes en vous, et tant qu’elles ne s’extériorisent pas pour libérer leur charge émotionnelle, il n’y a aucune possibilité de perdre du poids!

 

Maintenant, il y a aussi le rejet de sa propre féminité. Ne pas s’autoriser à être belle à un rapport très étroit avec une culpabilité inconsciente. Vous pourriez vous interdire de recevoir de l’attention, parce que vous avez été dévalorisée, dénigrée, comparée etc. La culpabilité refoulée créée un schème de pensée où la beauté est : déplacée, suspecte,  incitatrice de débauche, et de vulgarité etc. Le corps s’enlaidit pour ne pas trahir ce schéme de pensée inconscient. Par répression d’un besoin conscient créant une tension, votre corps vous donne raison, et s’arrange pour que vous ne deveniez pas désirable, féminine etc. L’attraction est à l’oeuvre, et le corps  se retourne contre vous.

 

Vous comprenez à présent qu’il y a beaucoup de facteurs prédisposant à tous les problèmes de poids. L’anorexie et la boulimie par exemple sont-eux aussi des mécanismes de protection profondément inconscients. Il me  vient à l’esprit que dernièrement une consultante me disait avec ses mots : «  Quand quelqu’un est en colère contre moi, j’éprouve toute de suite après le besoin de manger : »

 

 

Abandon et prise de poids

 

 

Maintenant, et en désespoir de cause, certaines personnes ont pensé à se faire poser un anneau gastrique pour réduire leur estomac. Cette solution qui peut s’avérée invasive pour le corps, ne  prends pas en considération les paramètres que je viens de décrire plus haut. C’est à dire que si la réduction permet de moins manger au début, d’autres ont encore des compulsions alimentaires. Ce qui se passe, c’est que  leur estomac, se dilate de nouveau. J’ai entendu une personne dire après son opération : « je peux maintenant manger tout ce que je veux, parce que je ne mange pas beaucoup. » Et bien deux mois après elle avait repris 5 kilos. D’ailleurs, c’était le motif de  sa consultation.

 

Nous avons donc abordé les paramètres affectifs, et inconscients, et nous avons reposé un annneau gastrique viruel par hypnose. Les émotions négatives enkystées ont été libérées, et de nouveaux comportements alimentaires ont été intégrés, pour  correspondre à  ses vrais besoins. Aucun état de manque n’a été constaté dans les semaines qui ont suivi, les quelques séances.

L’intervention sur les troubles psychoaffectifs à non seulement permis à Adeline de perdre l’excédent de poids (protection inconsciente), et surtout  de renforcer son estime personnelle et sa confiance en soi . Adeline, à repris le sport, et de sucroit ses relations se sont  améliorées.

 

Je pourrai m’étendre plus longuement sur les bénéfices de consulter un thérapeute apte à vous aider dans la perte de poids, mais je voulais surtout vous faire prendre conscience de certains états inconscients ou l’abandon, le rejet, les blessures d’injustices, loin d’être exhaustives sont pour beaucoup responsables des mécanismes de protection du corps, par l’excédent de poids.  A présent si je peux  vous apporter un conseil avant que vous ne preniez une décision de vous faire aider ou pas, commencez déjà par vous accepter comme vous êtes!

En effet l’acceptation de soi, de son corps est la condition indispensable pour libérer la « cuirasse corporelle. » En vous acceptant, vous agissez avec bienveillance, donc avec amour pour vous. L’amour pour la petite fille blessée…

 

 

 

 

 

Share This