L’origine de la peur de l’abandon se trouve  dans les blessures de l’enfance.

 

 

La souffrance de l’enfant intérieur

 

La codépendance

 

Les dépendances de l’enfant intérieur

 

La souffrance de l’enfant intérieur

Qu’est-ce qui caractérise le mieux le sentiment d’abandon et de solitude pour la plupart d’entre nous ? C’est sans aucun doute l’image d’un enfant qui pleure dans l’obscurité de la nuit, à qui personne ne répond et qui n’a personne pour le consoler.

 

Aujourd’hui c’est l’adulte que nous sommes devenu qui néglige » l’Enfant intérieur en nous » qui réclame à cor et à cris que l’on s’occupe de lui. À tous moments dans la vie, nous sommes soit dans l’intention d’apprendre, soit dans l’intention de nous protéger, c’est à dire soit ouvert, soit fermé au ressenti de l’Enfant en nous. C’est à dire que si vous prenez l’option de vous protéger par vos mécanismes de défenses habituels, et de ne pas prendre la responsabilité, de la souffrance de l’Enfant intérieur, et aussi de son bonheur en étant réceptif à ses besoins,  vous vous coupé aussi de l’adulte et de ses besoins fondamentaux.

 

N’ayant plus accès à l’adulte, l’Enfant se sent intérieurement abandonné et privé d’amour, exactement comme nous nous sentions quand nos parents nous fermaient leur cœur. Une parenthèse cependant sur l’emploi du mot « protéger » car il peut revêtir un sens positif comme un sens négatif.

 

Le mot » se protéger » renvoie à l’attitude sans amour de l’adulte qui fuit la souffrance de l’Enfant et refuse d’en assumer la responsabilité. Il se protège soit en étant permissif, soit en étant autoritaire vis-à-vis de l’Enfant. Seul avec sa souffrance celui-ci se réfugie alors dans les dépendances ou des comportements Co dépendants.

 

 

 

La Co dépendance

Nous pensons aussi que nos problèmes ne viennent que des autres parce qu’ils nous déçoivent, qu’ils se ferment à nous, qu’ils nous font des critiques, des reproches, des menaces, qu’ils nous rejettent. Ce faisant, nous nous protégeons à la fois sur un plan plus personnel (de nous-même) et sur un plan relationnel (des autres).

 

Les comportements Co dépendants se classent en deux catégories :

 

Comportement narcissique ou « extorqueur » et Comportement empathique ou « sauveteur »

  •  Le versant narcissique « extorqueur » correspond à la croyance : « Les autres sont responsables de ce que je ressens ».
  •  Le versant sauveteur/manipulateur correspond à la croyance : « Je suis responsable de ce que les autres ressentent ».

 

Les personnes fortement narcissiques entendent rarement ce qu’on leur dit, parce qu’elles sont trop occupées à réfléchir à ce qu’elles vont répondre. Coupées de l’autre, elles se préoccupent plus de recevoir l’amour que d’en donner, et passent leur vie à la recherche de la personne qui saura prendre en charge leur Enfant intérieur.

 

A l’opposé, l’excès d’empathie est tout aussi dysfonctionnel. Les individus trop empathiques ne sont en général pas en contact avec ce qu’ils ressentent parce que trop préoccupé par les problèmes des autres, ils sont toujours prêts à les prendre en charge.

 

Tout entièrement dominés par le souci « sauver » l’Enfant intérieur de l’autre, ils ignorent totalement les besoins du leur. En conséquence ils sont prompts à perdre le sens d’eux-mêmes dans les relations. Pour qu’une relation soit saine et équilibrée, il faut qu’il y ait chez chaque partenaire un équilibre entre sain narcissisme et empathie.

 

 

 

Les dépendances de l’enfant intérieur

Pour compenser son mal-être et combler son vide affectif, l’Enfant blessé s’accroche à ses substances :

 

  • Nourriture, cigarette, drogues, alcool mais aussi à des rituels, des objets et des activités :
  • Télévision, travail, lecture, sport, exercice, pouvoir, jeu, magasins, argent consommation, sommeil, vol à la tire, rumination, obsessions, tristesse, méditation, téléphone, prestige, religion ; ou encore aux gens :
  • Relations sexuelles, sentimentalité, amour approbation etc.

 

En l’absence d’un adulte rassurant pour lui donner son sentiment de valeur, l’Enfant devient dépendant de l’amour, et de l’acceptation des autres pour sentir qu’il est quelqu’un d’important. Un Enfant intérieur privé d’amour est toujours Co dépendant, puisque l’Adulte à renoncer à son rôle qui est de lui conférer de la valeur en tant que personne.

 

L’abandon parental initial ainsi que l’abandon intérieur qui en résulte et l’intense besoin d’être accepté entraînent une peur profonde du rejet et de l’abandon. Également la crainte d’être dévoré ou manipulé par les autres. Ces peurs conduisent à des comportements de contrôle des autres de manipulation.

 

 

Pour en savoir plus sur  l’origine de la peur de l’abandon et les blessures de l’enfance:

La manipulation

La souffrance de l’enfant intérieur et ses comportements défensifs:

Le contrôle des autres:

 

 

Share This