Est-ce que vous avez dans votre entourage proche une personne qui possède les traits d’une personnalité passive-agressive.

 

 

 

Le comportement du passif-agressif

 

 

 

Le comportement du passif-agressif se traduit par l’impossibilité d’ exprimer ses colères au travers d’une façade passive. C’est principalement les hommes qui sont sujet au comportement passif-agressif. Ils expriment  généralement leurs colères de manière subtile, par des insinuations ou des comportements non-verbaux, souvent niés si ces comportements sont explicités par le sujet qui les subit. Il s’agit d’un comportement que l’on adopte souvent inconsciemment pour éviter la confrontation.

 

 

 

Est-il possible que votre conjoint ou une personne proche réagisse de la façon suivante?

Plutôt que d’exprimer ses sentiments, est-ce qu’il affiche son mécontentement par des soupirs, des gestes de colère, ou un manque d’enthousiasme généralisé.

Est-ce qu’il craint vos  réactions, et préfère acquiescer à votre demande qui lui est adressée, même si elle ne lui semble pas raisonnable?

Est-ce qu’il évite d’aborder des problèmes réels qui vous tiennent à coeur?

Peut-être qu’il est souvent porté à jouer la victime, et ne pas reconnaître sa part de responsabilité?

Est-il manipulateur?

 

 

 

Le passif agressif à peur de ses émotions, ainsi il ne les exprime pas et les détourne. Or il faut apprendre à maîtriser ses émotions, et à exprimer ses sentiments de manière claire, respectueuse et, bien entendu, non violente. Il est certain que le jeu en vaut la chandelle : C’est un problème dont on n’est pas toujours conscient, mais qui peut expliquer bien des irritants dans une relation. Ce type de comportement se voit fréquemment chez les enfants, qui apprennent à dire « oui » pour plaire à leurs parents et ainsi ne pas se faire disputer.

Dans bien des cas, ils ont ensuite recours à divers stratagèmes, tous plus créatifs les uns que les autres, pour se défiler d’une obligation ou d’une responsabilité. Les milieux scolaires et professionnels n’y échappent pas :

Par exemple, un élève qui ne partage pas l’avis de son professeur ou un employé qui en veut contre son patron, peut être porté à exprimer son désaccord de manière « passive » en cumulant les absences et les retards.

 

 

 

 

Le comportement du passif-agressif

 

 

 

Personnalité du passif-agressif

L’attitude du passif-agressif se caractérise le plus souvent par un refus de l’autorité, il est plutôt du type introverti, et refuse de prendre des responsabilités. Leurs propos contiennent  parfois des paroles ou des insinuations désagréables,  et pensent que les autres interprètes mal leurs propos. Ils ne font généralement pas confiance aux autres,  et leurs peurs peuvent aller jusqu’à la paranoïa.

Ce comportement induit chez les autres de la colère. Celle-ci est par contre  exprimée chez le conjoint devant l’attitude suspicieuse du passif-agressif. En retour le passif-agressif  sent un grand sentiment de soulagement, comme si il s’était lui-même libérer de  cette rage refoulée. Il joue le rôle de la victime. Au lieu de reconnaître ses propres faiblesses, il a tendance à blâmer les autres pour leurs propres échecs. Il lui arrive de manipuler les gens, de mentir ou, plus largement, d’être malhonnête.

Pourvu également d’ une tendance à créer des situations chaotiques, à fabriquer des excuses, à perdre les objets et à mentirToutefois la personnalité passive-agressive peut ne pas posséder toutes ces caractéristiques, et peut en posséder d’autres qui ne sont pas passives-agressives.

 

 

Ces types de comportement se voient fréquemment chez les enfants, qui apprennent à dire « oui » pour plaire à leurs parents et ainsi ne pas se faire disputer. Dans bien des cas, ils ont ensuite recours à divers stratagèmes, tous plus créatifs les uns que les autres  pour se défiler d’une obligation ou d’une responsabilité. Les milieux scolaires,  et professionnels n’y échappent pas : par exemple, un élève qui ne partage pas l’avis de son professeur ou un employé qui en veut contre son patron, peut être porté à exprimer son désaccord de manière « passive » en cumulant les absences et les retards.

Des exemples de tels comportements sont retard chronique, l’oubli, perte des objets empruntés; casser des plats pendant le lavage jusqu’à  oublier de verrouiller la porte d’entrée. Ne ferme pas la porte arrière, et permettant au chien de s’échapper. Tous ces comportements servent à bouleverser et faire enrager les autres.

 

 

 

 

 

 

Analyse  du comportement passif-agressif

 

Psychologiquement, ces personnes ont besoin d’avoir  un débouché pour leur colère refoulée, mais sont terrifiés de la laissée sortir. Ceux-ci craignent que leur colère puisse blesser les autres ou qu’ils soient punis pour la  montrer. La colère, comme toute émotion, doit être exprimée. Si la personne est incapable, ou refuse de le laisser sortir, leur inconscient trouve une manière différente de s’exprimé.

 

Les problèmes réels ne sont jamais abordés, et la personne agissant ainsi n’est pas forcément consciente qu’il s’agit d’un jeu malsain. Pour éviter l’agressivité passive, il faut bien se connaître. On ignore souvent qu’on se comporte de manière passive-agressive, et on est souvent porté à jouer la victime et ne pas reconnaître sa part de responsabilité. En plus de cette prise de conscience, il faut apprendre à maîtriser ses émotions, et à exprimer ses sentiments de manière claire, respectueuse et, bien entendu, non violente.

Certainement que le jeu en vaut la chandelle : C’est un problème dont on n’est pas toujours conscient, mais qui peut expliquer bien des irritants dans une relation.

 

 

 

Les  symptômes du passif-agressif

 

L’origine du comportement passif-agressif peut être plurifactoriel. Voici les causes probables que j’ai pu observer lors d’étude de cas. Le sujet entretien une colère refoulée contre l’autorité. C’est peut être une  figure parentale où toute autre autorité symbolique. La colère refoulée tient du fait que le sujet s’est senti impuissant à exprimer ses émotions.

Soit parce que l’autorité en question faisait craindre le menace  d’un châtiment (corporel, punition…) Soit parce que  le sujet conditionné a été éduqué à ne pas exprimer ses émotions. Rendons-compte aussi qu’un enfant qui ne reçoit pas d’attention et de reconnaissance, et n’ayant les mots pour exprimer ce qu’il ressent peut se soulever contre l’autorité de manière passive.

 

Nous voyons fréquemment des enfants que nous qualifions d’hyperactif présenter des similitudes de comportements passif-agressif, ou de moins en être les prémices. Par exemple leur colère peut se traduire par le refus d’obéir,  par rejet d’une petite sœur où d’un petit frère. En outre la naissance du comportement du passif-agressif est lié à l’ambivalence qui le caractérise.

 

 

 

 

Etude de cas comportement du passif-agressif

 

Des sentiments contradictoires sont à l’origine de Louis qui s’est senti rejeté. Louis a eu un père autoritaire, intransigeant et revendicateur qu’il admirait beaucoup. Louis faisait tout pour être admiré de son père. Il obtenait des bonnes notes à l’école,  pratiquait de la natation, et était plutôt parmi les meilleurs. Cependant  pour son père ce n’était jamais assez suffisant.

Cela étant, Il fallait toujours faire plus et surtout ne pas se plaindre des difficultés. Louis état de plus en plus frustré,  et sa frustration se transformait en colère. Il nourrissait des ressentiments  envers son père,  et sentait coupable de les ressentir.

Alors il réprima ses sentiments et son attitude changea. Il devint maussade, taciturne et  moins pugnace.  Ses mauvais résultats tombaient, ce qui rendait son père fou de rage. « Lui qui faisait tout pour que son fils réussisse » trouvait injuste son attitude.

Son père commença par le dénigrer et le dévaloriser… A ce stade les choses ne pouvaient qu’empirer. Louis perdait toute confiance en lui, et le passage de l’adolescence allait marquer de son emprunte le comportement passif-agressif. A  cet âge nous avons une tendance à nous rebeller contre l’autorité pour rentrer dans le monde des adultes.

Malheureusement, ce ne fut pas le cas de Louis. Son manque de confiance se traduisait par une extrême timidité qui l’empêchait d’aborder les filles. Après bien des années, il se maria quand-même et travailla très dur (comme pour compenser le manque de reconnaissance paternel). Cette situation l’éloigna de son épouse qu’il lui reprochait de ne plus rien partager avec lui. Il fit mine de rejeter la faute sur les circonstances extérieures, et sur ces revendications excessives.

Ce faisant, Il fuyait les conflits en prétextant que la colère ne servait à rien, mais n’était pas plus ouvert à exprimer ce qu’il ressentait parce qu’il  avait depuis bien longtemps refoulé l’idée de ce montrer vulnérable.

La description n’est pas exhaustive, mais vous avez une approche d’un type de comportement passif-agressif.

 

 

 

 

Se libérer du comportement passif-agressif

 

J’enseigne tout d’abord aux consultants à se mettre dans le bon état d’esprit pour qu’ils puissent exprimer leurs émotions sans violence. Prenons un  exemple: au lieu de claquer la porte, ou d’ironiser sur un problème (qui est une manière de fuir la discussion), ils vont dirent plutôt:

« Je ressens de la colère quand tu me dis que je m’occupe pas assez des enfants » au lieu de  » tu te moques de moi, j’en fais largement autant que toi! ».

La personnalité  passive agressive qui n’a jamais appris à exprimer ses émotions peut commencer par se familiariser avec elles, de manière symbolique par des jeux de rôles. Celui-ci va s’autoriser « en jeux de rôles » à dire ses émotions, à son père, sa mère, ou à d’autres prétendues personnes  ayant induit son comportement de défense « passif-agressif. »

Lorsqu’ils   apprennent à libérer les tensions accumulées. « Ce qui peut être une habitude chez certaines personnes de crier, de se mettre colère…ne l’est pas du tout chez le passif-agressif. » Or le but n’est pas de libérer ses émotions de façon anarchique, mais d’en comprendre la source et de saisir l’intérêt d’exprimer ce que l’on ressent, plutôt que de projeter sur l’autre nos ressentiments.

Leurs émotions seront aussi mises en lien avec les éventuelles colères du passé. En hypnose j’utilise une méthode de régression qui permet par un état de conscience modifié de se remémorer des souvenirs refoulés. Ses souvenirs portent en eux toute une gamme d’émotions négatives qu’il faut éliminer.

 

La Méthode REVLA que j’ai créée permet justement  L’observation de ces propres schémas de pensée, pour mieux cerner les pensées négatives, et de comprendre les émotions qui en sont à l’origine.

 

Rien n’est laissé au hasard dans mon approche thérapeutique, et j’encourage ceux qui souffrent de ce comportement, et des conjoints qui le subissent, de prendre conscience que ses troubles du comportement ne sont pas que des traits de personnalité. Ils ont une origine bien distincte, et ils peuvent être résolus efficacement en peu de temps.

 

 

Share This