Comment le fait d’avoir été humilié se traduit dans vos rapports avec les autres?

 

L’humiliation

 

L’humiliation sexuelle

 

Comment vous libérer de l’humiliation

 

 

 

 

L’humiliation est l’acte de rabaisser, de dégrader, de dévalorisé, de vexer. Qui ne sait pas senti mortifier ou honteux une fois dans sa vie.  Qui ne s’est pas sentie humilié, rabaissé, dégradé, dévalorisé, vexer, mortifier ou honteux une fois dans sa vie. L’humiliation est surtout une blessure rattachée au monde du faire et de l’avoir.

 

 

 

L’humiliation

 

 

 

L’humiliation commence pendant l’enfance et se traduit par de la maltraitance physique et psychologique qui laisse entendre à l’enfant qu’il est indigne d’être reconnu pour sa propre valeur. S’il  a pu commettre une faute, fait quelque chose de mal, sans en avoir l’intention de le faire, les circonstances extérieures se sont retournées contre lui, et il est devenu le souffre douleurs de quelques gens mal intentionnés.

 

Les pervers narcissiques ont un don pour humilier, les personnes sensibles aux provocations. Ce sont avant des enfants  qui ont eu à vivre l’humiliation, la dévalorisation, le rejet affectif.

 

L’humilié a de la difficulté à exprimer ses besoins et ce qu’il sent véritablement, car, depuis son jeune âge, il n’ose pas parler de lui de peur d’avoir honte ou de faire honte à quelqu’un. Les parents incitent l’enfant à tout garder pour lui, que cela ne regarde pas les étrangers. Les situations honteuses ou les membres de la famille dont a honte doivent être tenu secrets.

 

 

 

 

L’humiliation sexuelle

 

 

 

 

Au niveau de la sexualité, la blessure d’humiliation est encore plus importante. Tous les tabous véhiculés dans l’éducation sexuelle des enfants s’expliquent par le fait que le sexe est honteux et sale. Une patiente me raconta que sa mère l’avait giflé quand celle-ci lui annonça qu’elle était menstruée. Soi-disant une coutume Juive ! Plus que cette humiliation, cette jeune femme s’était dissociée de sa féminité parce que sa propre mère, la critiqua dès l’apparition de ses formes opulentes qui contrastaient avec sa mère plutôt petite, et avec des petits seins.

 

Julien a vécu une blessure d’humiliation lorsqu’il était à l’école primaire. Plusieurs de ses camarades lui ont enlevé ses vêtements de force pour ensuite se moquer de lui. Il n’a pas pu se défendre, et le comble dans cette histoire, c’est qu’il s’est senti encore plus humilié lorsqu’il croisa ses camarades de classe. Il pensait que tout le monde savait ce qu’il s’était passé. Son sentiment de honte l’a accompagné jusqu’à aujourd’hui puisqu’il perdait tous ses moyens lors des relations sexuelles. Cela s’est fort bien terminé puisque L’accompagnement  thérapeutique lui a permis de retrouver toute sa confiance.

 

Les blessures d’humiliation n’ont pas toutes les mêmes portées selon les personnalités, et je vous en ai décrites quelque unes. Les sentiments de honte, d’évitements ou au contraire de mégalomanie sont des réactions aux blessures d’humiliation pour ne citer que ses mécanismes de défenses

 

 

 

Blessure d’humiliation

René a vécu l’humiliation parce qu’il est issu de parents agriculteurs très modestes. Cette blessure d’humiliation à du trouver sa source en comparaison avec son milieux sociaux culturel. Quand je l’ai reçu, il se vantait d’avoir réussi à monter plusieurs laboratoires pharmaceutiques prospères, et d’être l’inventeur de pulvérisateur nasal à l’eau de mer. Nous pourrions penser que sa blessure d’humiliation ait été sublimée, mais il n’en est rien. Son ego est devenu tellement démesuré qu’il s’est paré d’un rôle de sauveteur au détriment de sa propres famille qui l’a délaissée.

 

De manière général les personnes humiliées évitent de prendre trop de place, ils s’effacent devant les autres, ils deviennent des petits. Petite maison, petits objets etc. Ils utilisent toujours des mots à consonance réduite tels : « J’ai une petite idée » ou « un petit peu », ou « a tu une petite minute pour moi ? » Et quand il utilise le terme gros, c’est surtout pour se rabaisser, s’humilier. Lorsqu’il se salit par exemple : « Quel gros cochon ! »

Ces caractéristiques mentionnées sont présentes surtout quand on veut éviter de revivre le sentiment d’humiliation.

 

 

Mon humiliation

« C’était la rentrée des classes et je me retrouvais seul assis au premier rang, sans mes anciens camarades. Pour évaluer notre niveau, la prof nous demanda d’écrire un mot compliqué sur notre cahier. S’apercevant que je n’y arrivais pas, elle se mit en colère et m’asséna plusieurs coups de règle sur la tête. Elle me fit redoubler aussitôt en me renvoyant dans une autre classe. Arrivé chez moi, ma mère fut étonnée que mon cartable soit vide et ne contienne aucun livre. Honteux je me suis délester par ce mensonge ; « J’ai laissé mes livres dans la classe. »  

 

En apprenant bien sûr les jours suivants de mon redoublement, mes parents n’ont rien fait. J’étais doublement humilié et rejeté. Ce qui sous-entendait que si mes parents n’avaient pas agi, c’est que j’étais un moins que rien. Quand l’humiliation devient identificatoire, l’enfant peut revêtir un masque de masochiste ou la punition, la souffrance devient un mécanisme compensatoire.

 

D’un autre côté la personne humiliée peut vivre une expérience de rejet et sentir humiliée plutôt que rejetée. Nos réactions divergent en bien des points. Les humiliés se réparent en semblant vouloir tout faire pour les autres. En prenant du temps pour aider les autres, il croit qu’il ne leur fera pas honte, mais très souvent il se sent humilié et abuser, de ce faire abusé de lui. D’ailleurs il ne se sent jamais reconnu pour tout ce qu’il fait, et comment pourrait-il l’être à partir du moment où il renvoie une image négative de lui-même ? Paradoxalement, quand il accompli pour les autres, il les décharges de leur responsabilité. Ce qui équivaut à les rabaisser, les humilier, en leur faisant sentir que, sans lui ils ne peuvent pas y arriver seuls.

 

 

 

Comment vous libérer de l’humiliation?

 

 

 

 

Il faut déjà en prendre conscience. Nombreux sont ceux qui ont été humiliés et qui ont refoulés ce traumatisme de leur vie. Après avoir reconnu comment l’humiliation vous limite dans votre vie, il sera nécessaire de remplacer vos comportements d’évitements par d’autres plus valorisants.

 

Vos émotions enkystées devront s’exprimées, et pour se faire le sentiment de culpabilité que ressent le sujet humilié doit être levé. Comprenez que la culpabilité de ne pas avoir pu se défendre, ou d’être contraint(e)  d’accepter l’humiliation est liée à la peur de représailles. Le cas de personnes violées se sentent souillées, salies et n’osent pas toujours en parler tant elles ont hontes d’elles.

 

Se pardonner à soi-même est paradoxal surtout lorsque nous sommes victime d’un bourreau. Cependant, on s’en veut, et la culpabilité prend tout son sens. L’hypnose, conjointe à la thérapie comportementale, et la PNL sont efficaces pour traiter le symptômes de l’humiliation.

 

Articles complémentaires:

Le sentiment de honte

Le sentiment de trahison

La blessure d’abandon

 

Share This