Comment accepter la rupture amoureuse et surmonter votre souffrance pour ne plus reproduire les mêmes erreurs?

 

 

 

Si vous êtes actuellement dans une siutation affective inextricable, il est peut-être venu le temps de vous préparer à accepter qu’une rupture est possible, sauf que vous n’envisagiez pas cette éventualité? Pourquoi rompre? Quand la rupture amoureuse devient nécessaire et inévitable. Surmonter la rupture. Comment rompre efficacement et sans culpabilité? Apprendre à détecter les signes avant-coureurs de la rupture et comment se reconstruire après une rupture amoureuse…

 

 

Si vous poursuivez la lecture, c’est que vous êtes arrivé à un stade, ou vous avez besoin d’être sûr (e) de votre décision, et j’espère qu’à la fin de l’article tout sera plus clair pour vous. L’important et de vivre cette  expérience comme positive afin de mieux vous connaître, et d’attirer ensuite dans votre vie la personne qui correspond réellement à vos valeurs. En ne reproduisant plus les mêmes scénarios affectifs,  vous allez vous épanouir durablement dans votre nouvelle vie de couple…

 

 

Nous cherchons tous à être heureux,  et ceux et celles qui vivent en couple n’échappent pas aux confrontations, aux problèmes, aux insatisfactions et autres embûches. Mais quand ceux-ci deviennent récurrents lorsque les insatisfactions se répètent et que le silence cède la place à nos ruminations mentales, la séparation s’envisage.

On se dit qu’on ne peut plus continuer ainsi, on ne voit plus d’issue parce que cela devient de plus en plus pénible de communiquer, parce que chacun reproche la conduite, et le comportement de l’autre etc.

 

 

 

Reconnaissez les phases critiques de la relation!

Plusieurs raisons  peuvent expliquer les causes ou provoquer une rupture amoureuse, tant que celles-ci nous semblent claires, vues de l’extérieur.  » Il ne voulait pas d’enfants », elle n’était pas faite pour lui », « Ils se disputaient sans arrêt »,  » Il consacrait tout son temps à sa carrière », etc. Pour les protagonistes concernés, l’origine de leur séparation s’avère parfois plus compliqué. Un manque d’estime personnelle, l’angoisse de l’abandon, une dépendance affective, des valeurs religieuses incompatibles.

Une sexualité non partagée, un manque de communication, la jalousie, l’éducation des enfants fragilisent l’union des deux partenaires notamment quand elles s’accompagnent de perturbations supplémentaires.

 

 

 

A vingt ans nous sommes gouvernés par nos idéaux, par des pulsions et des croyances qui nous font prendre des décisions sans avoir le discernement, le jugement et la compréhension nécessaire pour choisir avec sagesse. C’est pour cette raison que certains restent indécis et préfèrent attendre à cette époque, la vie d’adulte. Dès  trente ans nous nous engageons et réalisons concrètement des objectifs que nous nous sommes fixés: engagement dans la vie à deux, cohabitation, venue du premier enfant puis le rythme « boulot-métro-dodo. »

Ce rythme  peut fragiliser le couple par le manque d’attention et le manque de recul sur les priorités à prendre. La femme peut avoir le désir de fonder une famille, et effrayer l’homme qui lui, ne se sentant pas encore prêt à faire des sacrifices au détriment d’une évolution de carrière.

 

 

Vers  40 ans et jusqu’à l’âge de 65 ans nous doutons. Lassez par la monotonie et les habitudes, nous sommes confrontés à la nécessité de redonner du piment dans notre vie. Viens la remise en question de  notre travail, notre vie amoureuse, et  notre style de vie. Cette période apporte son lot de crises et d’identité personnelle. Au-delà nous vieillissons, cette phase correspond au moment où le dernier enfant quitte la maison. L’occasion se présente pour redéfinir la place de chacun, de réaménager son espace – nouvelles activités, vente de la maison…

 

 

Si le couple se définissait selon le statut de parents en négligeant, l’homme et la femme qu’ils sont, le départ des enfants laisse un vide qui les met face à eux-mêmes. Cette période est appelée le  » syndrome du nid vide». Une dépression peut s’ensuivre et toucher aussi bien le père que la mère. Avec une meilleure compréhension de ces différentes étapes, cela  favorise une compréhension mutuelle, et peut permettre de mieux franchir les obstacles de la vie de couple. Une séparation à 25 ans ne raconte pas la même histoire qu’à 50 ans après 25 ans de mariage.

 

 

 

Comment accepter la rupture amoureuse?

 

 

 

Savoir renoncer à la passion amoureuse

Rencontre souvent très fusionnelle qui se traduit par le besoin de se retrouver constamment avec notre partenaire. Passé cette symbiose la réalité se montre sous son vrai jour, et certains d’entre nous refusent d’accepter cette phase de différenciation. Les sensations et les émotions que nous procurent cette fusion est tellement jouissive que nous n’imaginons même pas qu’elle puisse ne plus exister. Or c’est utopique de croire à une fusion continuelle. Ne pas accepter cette  étape de différenciation relève-t-il d’un sentiment puérile? Nous débattrons sur cette question plus loin.

 

 

On ne se comprends pas?

La communication est reconnue comme un facteur déterminant dans la relation. Que signifie bien communiqué? Une bonne communication est le reflet d’une profonde confiance qui permet de se livrer à l’autre sans craindre d’être jugé. Elle permet à chacun d’exprimer ses besoins, ses émotions tout en respectant l’autre dans ses différences. Au début de la relation tout se passe bien lorsque votre partenaire vous fait des compliments, mais au bout d’un certain temps de vie commune, il peut mettre en lumière vos défauts et vos comportements qui dérangent.

 

 

Une libido mise à mal

Désir absent, contrarié ou oppressant, une libido mise à mal pousse parfois certains d’entre nous à quitter le nid ou à remettre sérieusement en question leur relation de couple. Faire l’amour pour faire l’amour n’indique pas forcément une sexualité satisfaisante. Les manques d’affection et de rapprochement quotidien, un baiser dans le cou, une caresse, une attention à l’autre sont des actes tout aussi importants. A cela,  il convient de rechercher les causes de ses manques d’attention. Les disputes et les conflits peuvent créer un climat de tension qui diminue le désir sexuel.

 

 

La vie sexuelle constitue le prolongement de la communication. Pour beaucoup, des rapports sexuels moins réguliers sont un premier indicateur de difficultés. Pour ces couples, la relation sexuelle est souvent l’une des seules manières d’exprimer leur affection et leur émotion. Il arrive également que la sexualité soit importante pour l’un, et peu pour l’autre…

Comment faire alors? Compromis, acceptation, communication…Tels sont les moyens mis à notre disposition. Une remise en question personnelle s’avère nécessaire. Soit pour se donner le courage d’affronter le conjoint ou d’accepter sa différence. Bien entendu, accepter les différences de chacun est le gage d’une relation respectueuse, et d’un engagement mature face à l’autre.

Cependant il se peut que le partenaire ne veuille pas se remettre en question. Dans le cas présent la rupture doit être bienvenue, même pour ceux qui ont entrepris une thérapie conjugale, et qui ont mis tout en œuvre pour améliorer leur relation. Désormais arrivés à ce stade, il sera plus  facile d’accepter la rupture amoureuse pour en faire  le deuil.

 

 

ENFERMEMENT OU LIBERTÉ

On dit souvent qu’une relation satisfaisante donne des ailes, non des chaînes. Des injures et des reproches répétés détruisent non seulement la relation, mais aussi l’estime et la confiance en soi du partenaire qui en est victime. Si au début vous aviez confiance en vos moyens, et que vous avez perdu cette assurance au fil du temps, il est grand temps d’examiner l’influence de votre relation sur votre estime personnelle.

 

 

 

Comment accepter la rupture amoureuse?

 

 

 

Prendre la décision de rompre

Lorsque plusieurs conditions défavorables sont réunies – phases critiques dans la relation, et signaux d’alarmes non décryptés, mettre fin à la relation est l’opinion envisagée. Au demeurant, une décision trop hâtive pour résoudre un malaise dans la relation n’est pas rare et entraîne des regrets, des années plus tard.  » On se dit qu’avec  le recul, c’était la personne qui me comprenait le mieux, mais comme la passion avait disparu, J’ai cru que je n’éprouvai plus d’amour pour lui. » Il n’y a pas eu de remise en question personnelle, et maintenant il est trop tard. La relation est consommée, sauf si on s’en aperçoit rapidement, alors ce retour sur soi peut se faire avec un thérapeute pour ne pas repoduire les mêmes erreurs.

 

A l’inverse la seule pensée d’avoir envie de laisser l’autre peut susciter une telle angoisse, que certains (es) rejettent l’idée de la séparation, même si leur relation est insatisfaisante, voire destructrice. Là aussi, une peur de se sentir abandonné, où d’abandonner le conjoint révèle un sentiment d’abandon vécu, couplé avec un sentiment de culpabilité.

 

 

 

Comment rompre?

Ce choix implique une lourde responsabilité et entraîne un sentiment de culpabilité, car la relation ou la famille s’en trouve éclatée. Néanmoins avant de prendre une décision précipitée, il faut s’accorder un temps de réflexion en appliquant la proposition ci-dessous.

 

 

Le processus de résolution des problèmes

Prenez un crayon et faites cette démarche par écrit! Seul (e) sans consulter vos proches ou votre conjoint. Il est préférable au début de ne pas vous laisser influencer par la perception des autres. Les couples qui ont l’habitude de résoudre leurs conflits grâce à cette approche arrivent à discuter plus facilement en période de crise.

 

Voici les six étapes de résolutions de problèmes

Définir le problème

Elaborer des solutions

Evaluer les solutions

Choisir une solution

Appliquer la solution

Evaluer la solution

 

 

Cette étape est la plus difficile et la plus importante. Plus on précise ce qui entrave la relation, plus il sera facile de trouver des solutions. Si l’on reste confus dans l’énoncé de notre situation, les solutions en seront d’autant limitées. Il convient d’aller au-delà de nos présupposés comme,  » Je n’aime plus mon conjoint », Ma relation n’est plus satisfaisante », ou « Nous nous disputons régulièrement ».

 

Précisez ce qui ne va plus: Traversons-nous une phase critique de notre vie personnelle ou de notre vie de couple?

 

 

2 Elaborer des solutions

Une solution peut paraître à première vue irréaliste puis susciter une idée pertinente. Il faut user de créativité. Pouvons-nous  inclure notre partenaire dans l’élaboration de solutions tout comme celle de la définition du problème?

 

3 Evaluer le pour et le contre

Analyser en détail chacune des options envisagées avant de les écarter ou de les conserver. Pour sortir de l’indécision, essayer la technique de projection par hypnose. Il s’agit de visualiser dans l’avenir les différents scénarios possibles en fonction des solutions adoptées. Bien sûr, vous aurez  besoin d’être guidé, accompagné. Cet exercice demande de rester attentif à nos émotions et à nos intuitions pour nous guider dans nos choix.

A ce stade une thérapie de couple peut être envisagée surtout si elle implique des enfants, les conséquences financières et la perte du réseau social.

 

4 Choisir une solution

Il n’existe pas de solutions exemptes d’inconvénients. Une combinaison de plusieurs options peut être acceptable. En somme ce n’est pas le nombre de pour ou contre qui permet de prendre une décision, mais le poids émotionnel qu’il va falloir assumer. Prendre conscience des sentiments qui vous habitent lors du passage à l’acte vous permet de vérifier si vous agissez sous le coup d’une émotion trop intense.

 

5 Appliquer la solution

Appliquer la ou les solutions vous permet de connaître vos réelles attentes. En effet celles-ci orientent vos décisions.

 

 

6 Evaluez la solution appliquée

Après plusieurs tentatives, si vous voyez une nette amélioration dans votre couple, il sera temps de reconsidérer la question.

 

 

Comment accepter la rupture amoureuse?

 

 

 

Le comportement des femmes face à  la rupture amoureuse

Les femmes mettent plus facilement fin à la relation que les hommes. Elles auraient tendance à ressentir d’avantage leurs insatisfactions. De plus, elles seraient plus actives dans les démarches d’amélioration du couple et dans le processus décisionnel conduisant à la séparation. Elles annoncent la rupture amoureuse, et le font de façon claire et directe sans ambiguïté comme si leur cœur ne pouvait pas se diviser.

 

Rester avec une personne qu’elles n’aiment plus leur est plus difficile  et  quittent leurs conjoints en utilisant la parole. Epuisées d’avoir tout essayé, elles éprouvent un sentiment d’échec, d’injustice et elles préfèrent parler, se sentir écoutées et comprises plutôt que de recevoir des conseils pour affronter la séparation.

 

 

 

 

Le comportement des hommes face à la rupture amoureuse

Les hommes sont plutôt passifs et fuyants. Quand les difficultés se présentent,  ils ont tendances à fuir dans les activités. Il est possible qu’ils décident  de gérer leur souffrance par la fuite, et que même après la rupture, ils prennent  le parti de s’occuper ailleurs pour ne pas ressentir leurs émotions. Quand l’homme prend  l’initiative de la séparation, il a tendance à prendre plus de temps, à informer sa partenaire de sa décision au moyen  de gestes et de comportements, plus qu’en lui parlant.

Ceux-ci  seraient moins affectés par la baisse des sentiments amoureux, et ils s’engageraient plus facilement dans une autre relation amoureuse. Pour autant, s’ils ne comprennent pas les raisons de la rupture quand elle est demandée par la femme, ils risquent de reproduire les mêmes erreurs avec une autre partenaire.

 

 

En psychothérapie les hommes qui consultent éprouvent souvent une intense détresse dans les semaines qui suivent la rupture amoureuse. Ne comprennent pas ce qui se passe malgré les avertissements qu’ils ont reçus. Ils sont bouleversés par le départ de leur conjointe.

Se sentent démunis, ne savent plus comment gérer leur peine et leurs affaires. Ainsi Ils cherchent à extérioriser leur souffrance autrement que par la parole et ont besoin d’être rassurés sur le caractère passager de leur détresse. Généralement ils  préfèrent des outils concrets pour mieux y faire face.

 

 

Comment accepter la rupture amoureuse?

Rompre! Ne pas rompre! Là est toute la question. On n’envisage pas une rupture amoureuse sans avoir longuement réfléchis sur les conséquences affectives, familiales, psychologiques.Une rupture amoureuse n’est pas une fin  en soi. Ce n’est pas non plus un échec, mais une évolution, une étape dans notre construction affective si nous savons en tirer parti.  Mettre fin à une relation amoureuse est un événement majeur, l’un des plus significatifs qui puissent survenir dans la vie d’une personne. C’est un moment de vérité.

Vous pleurez, vous vous dites adieu, vous vous écoutez, vous vous consolez, vous vous en voulez…

Vous n’avez jamais été aussi sincères l’un envers l’autre. Si bien que ce moment intense et intime génère parfois de surprenants rapprochements.

Certains couples en viennent même à faire l’amour en se quittant!

 

Donc si en ce moment même vous traversez des difficultés dans votre couple, n’attendez pas que les choses s’empirent. Si vous ne croyez pas vous en sortir seul (e),  profitez de votre entretien  de 15 minutes gracieusement offert pour un soutien psychologique.

Share This