Découvrez comment sortir de cette extrême sensibilité, et  pourquoi vous êtes très vulnérable lorsque l’on va à l’encontre de vos désirs?

 

 

 

Sensibilité- Symptôme de l’abandon

 

 

 

Parmis les nombreux symtômes des troubles de l’abandon nous retrouvons la sensibilité et la susceptibilité. Faire un diagnostic pour trouver l’origine des affects, traumatismes etc,  n’est pas chose aisée puisque nous retrouvons ses symptômes  dans des pathologies diverses. Or ici je m’appuie sur la sensibilité de consultants ayant cette extrême sensibilité qui sous-tend un sentiment d’abandon.

 

La sensibilité est une propension à réagir vivement à des situations qui évoquent chez le sujet des émotions souvent disproportionnées. Tout ce qui va toucher de près ou de loin une situation qui évoque une forme d’abandon, de rejet, fait réagir l’intéressé. Bien souvent ils ne se doutent pas  qu’ils sont victime d’abandon, de rejet et même paradoxalement d’un excès d’amour donc de surprotection. Ceux-ci justifient leurs comportements exagérés par une argumentation elle-même exagérée.

 

Ils se définissent comme des personnes bienveillantes et empathiques. Ils ne comprennent pas pourquoi les autres n’agissent pas comme eux. Ils  ne supportent pas l’injustice et autres veléités qui ne sont pas centrées sur elles.

 

 

 

 

Sensibilité- Symptôme de l’abandon

 

 

 

 

J’ai pu observer maintes fois la sensibilité à l’oeuvre chez les abandonniques. Leurs besoins d’être au centre de l’attention se traduisent par des réactions dispropotionnées lorsque l’on ne va pas dans leur sens.

Louis a rendez-vous chez le médecin, et attend d’être appelé par la sécrétaire. Il trépigne déjà d’impatience, puisqu’il intérprète l’attente comme une indifférence vis a vis de lui. Dès que son tour arrive, la secrétaire lui parle froidement, du moins c’est ce qu’il ressent. Elle ne fait que son travail et elle n’y met pas les formes…Il réagit en lui faisant la remarque qu’elle pourrait être plus aimable. Se sentant agréssée, le ton monte, et cela finit par créer un scandale. Louis trouve des justifications à son comportement réactionnel en faisant remarquer à un agent de la sécurité qu’on lui a mal parlé.

Les personnes sensibles comme Louis en mal d’amour recherchent désespéremment la reconnaissance auprès des autres. Ils interprètent les réactions dépourvues de chaleur humaine comme une forme de rejet, qui réactive des émotions inhérentes au sentiment d’abandon.

 

 

 

Sensibilité- Symptôme de l’abandon

 

 

 

Anne souffre d’une extrême sensibilité. Très susceptible, si on la contrarie, elle s’organise pour ne pas avoir de remontrances, de remarques négatives, en évitant d’exprimer ses besoins pour ne pas être frustrer, si les autres ne répondent pas à ses attentes. Elle évite également de s’opposer aux autres, de dire son mécontentement par peur de leur réaction.

 

Elle ne demande pas d’aide non plus car ce serait  s’avouer dépendante de quelqu’un, et incapable de faire les choses par elle-même. Pour ne pas avoir à subir, elle s’efface, ne prends pas position lorsqu’il le faudrait, et du coup cela agace profondément son conjoint. En consultation elle pleure beaucoup. Une prise de conscience sur son indigence et voilà qu’lle se met à pleurer sur son sort. Elle s’excuse même de pleurer sur cette sensibilité qu’elle a peine à contrôler. S’il est recommander de pleurer, de lâcher ses émotions. Ces pleurs là ne sont que la partie immergée de l’iceberg. Trop d’émotions contenues et cela fait pression sur notre capacité à résister. « La coupe déborde »

 

 

 

 

Sensibilité- Symptôme de l’abandon

 

 

 

Emotion sensibilité

Trop d’émotions  répriméees, refoulées nous rendent très sensibles. Autant que le fait d’accumuler des tensions dues au stress,  faire face aux épreuves de la vie sans permettre à nos émotions de s’exprimer nous facilitent  pas la vie. Il faut endurer sans se plaindre, et sans montrer de fragilité sinon « nous ne « faisons pas l’affaire ». Paradoxalement ne pas se permettre d’exploser lorsque nous sommes en colère, de pleurer quand nous sommes chagrinés nous rends encore plus sensibles. Etre toujours plus fort pour ne ne pas montrer ses faiblesses était devenu pour Pierre un mécanisme de défense. Il ne se plaignait jamais. Pour sortir de sa dépendance affective il avait choisi de taire son angoisse à ses proches qui ne comprenaient plus son isolement. Espérant s’en sortir seul en se montrant indépendant, il se coupait totalement de ses amis(es) qui lui repochaient sa froideur.

 

En fait il ne faut pas confondre l’expression de ses besoins pour assouvir son besoin d’équilibre, avec la dépendance envers autrui qui est censée satisfaire nos besoins personnels dont le but est de combler  une estime de soi défaillante.

 

 

 

 

 

 

 

Share This