Apprenez maintenant à exprimer vos émotions réprimées pour vous libérer du syndrome d’abandon, et de la dépendance affective…

 

 

 

 

 

S’accorder le droit de ressentir de la tristesse et de la colère est un pas en avant mais n’est en aucun cas synonyme de guérison. Pour pouvoir ressentir une émotion, il faut impérativement se retrouver dans l’ici et maintenant de son corps physique et sensoriel. Pour ce faire il faut éteindre son mental car celui-ci a beaucoup de cordes à son arc pour nous empêcher de ressentir nos émotions. Or une émotion telle que la colère contre une personne donnée n’est en aucun cas un jugement porté sur cette personne. Ressentir n’est pas juger !

 

Ce n’est que lorsque nous sommes dans notre mental que nous dévalorisons, portons des jugements ou que nous déprécions les autres. Cela n’a rien à voir avec l’émotion ressentie qui résulte d’un acte d’amour que la personne s’accorde à elle-même et qui n’a rien à voir avec de la violence physique dirigée contre l’autre. Il est très important de faire cette distinction, car l’abandonnique s’interdit de ressentir une quelconque colère contre celui ou celle qui l’a abandonnée au nom de la règle :

 

 

«  Tu dois respecter ton prochain ». Ressentir de la colère contre son prochain ne signifie absolument pas ne pas le respecter; Au contraire, c’est juger avec son mental qui est un acte de non-respect et de non-amour. Sous l’effet de croyances ou de conditionnements, nous nous empêchons d’exprimer nos émotions. Les enfants entendent dirent de leur parents : « Ça ne pleure pas un homme, en s’adressant au petit garçon », ou : « Tu es très vilain quand tu te mets en colère ». Notre mental nous reproche également la force de nos émotions.

 

Les personnes qui nous entourent déclenchent souvent des émotions beaucoup plus fortes, que celles que nous ressentons envers des inconnus que nous connaissons très peu. Cette autre réalité qui peut freiner le désir de ressentir ces émotions s’exprime comme suit : « Comment puis-je ressentir autant de haine à l’égard de mes proches ? Ce n’est pas bien ; par conséquent, il faut que je me retienne, sinon qu’est-ce qu’ils  vont penser de moi ? »

La puissance du mental se manifeste dans ces deux exemples.

 

 

 

Ressentir les émotions générées par l’abandon

 

 

 

Exprimez vos émotions peut donc paraître fastidieux et Il faudra donc beaucoup de persévérance et le désir profond de continuer à se respecter et à s’aimer afin de poursuivre sur la voie de la libération. Beaucoup de thérapies permettent aux personnes souffrantes de reconnaître et de parler ouvertement de leur mal-être, de ressentir leur colère et leur tristesse, mais la plupart ne vont pas plus loin. Ils utilisent des techniques recourant au mental afin de transformer les « énergies négatives » en « énergies positives »

Pour cette raison, toutes sont potentiellement néfastes car elles ne permettent pas à la personne souffrante de se libérer de sa souffrance qui est causée par le blocage,  « en elle, de l’émotion par le mental ». Comprendre n’est pas l’équivalent d’exprimer, la compréhension ainsi que le fait de ressentir n’ont jamais amené à la guérison. Je rencontre régulièrement dans mon cabinet des personnes qui ont eu un long parcours thérapeutique, mais qui ne vont pas mieux du tout.

 

 

Malheureusement il est plus confortable d’expliquer les tenants et les aboutissants de son mal-être dans un salon, tout en continuant à ingérer des antidépresseurs et autres anxiolytiques, que de se forcer à se rendre dans une forêt pour y vomir sa colère !

Force est de constater que dans le premier cas la personne continue à souffrir, alors que dans le second, elle se trouve sur la voie de la guérison. Mais comment exprimer ses émotions ?

 

 

 

Comment exprimer vos émotions?

 

 

 

Les étapes que je décris  doivent impérativement se faire avec un thérapeute expérimenté. La première étape va donc consister à éteindre son mental  pour rentrer en contact avec son corps physique et sensoriel. Il peut paraître illogique de devoir se remettre dans le moment présent pour exprimer une émotion appartenant au passé.

Souvenons-nous que même si l’événement appartient au passé, l’émotion n’ayant pas encore été vécue, est encore « incrustée » dans notre être au présent, et se manifeste souvent par des actes compulsifs donc inconscients. C’est pour cela que nous n’arrivons pas à nous maîtriser. A présent que nous nous retrouvons dans notre corps physique et sensoriel, il est possible de passer à la deuxième étape.

Pour  laisser remonter une scène du passé au cours de laquelle nous ne nous sommes pas autorisé à vivre nos émotions. Il est important de s’arrêter à la première scène qui viendra à l’esprit parce que le mental va essayer de minimiser la scène ou d’en présenter d’autres. Un des pièges consiste décrocher cette scène qui peut paraître incongrue au profit d’une scène plus significative mais qu’il ne l’est que par le mental.

Cependant l’hypnose permet de faciliter le processus sans que la mental n’intefère trop. L’hypnose pour la peur de l’abandon qui induit une dépendance affective fera l’objet d’un nouvel article.

 

 

 

 

Comment exprimer vos émotions? Cas clinique:

Pour vous montrer la réalité  de ce qui précède, Je vais prendre une personne que j’ai eu en consultation. Je l’appelerai Gilbert . Ilest très en colère contre sa mère qui l’a envoyé en pension à l’âge de 7 ans dans un pays étranger. Après avoir exprimé de nombreuses fois la colère qu’il nourrit contre elle, il continue de se conduire avec les femmes en véritable abandonnique.

En continuant les exercices proposés il lui revient la scène dans laquelle son père est le personnage principal. Plutôt que de s’arrêter à ce souvenir, il choisit une autre scène dans laquelle sa mère est présente. Il agit ainsi parce qu’il n’en veut aucunement à son père. Au contraire, il estime que celui-ci l’a protégé contre l’attitude agressive de sa mère. Je lui suggère de revenir à la scène avec son père et de se permettre de la revivre.

En s’autorisant  à revivre cette scène il découvre que la personne qui se trouve à l’origine de son sentiment d’abandon est en réalité son père et non sa mère.

Bien entendu la colère qu’il éprouve contre sa mère est bien réelle et l’avoir exprimée était absolument nécessaire ; par contre cela ne résolvait pas le problème de Gilbert. Ainsi  se trouvait-il à continuer à tourner en rond avec la colère intarissable qu’il croyait provoquée par sa mère. C’est encore son mental qui bloquait, contre toute autre possibilité de ressentir une émotion vis-à-vis d’une autre personne, à commencer par son père.

 

 

 

Ressentir les émotions générées par l’abandon

 

 

 

Il faut savoir que Le piège tendu par le mental réside dans la peur de voir resurgir une scène que l’on ne sera pas à même d’affronter. La personne craint donc de se retrouver plus mal après l’exercice qu’avant. Cette peur existe chez l’abandonnique, mais elle existe aussi chez les thérapeutes ou les personnes laissées dans l’ignorance.

Pour toutes ces personnes,  remonter une scène faisant revivre de la colère ne peut que déboucher sur une décompensation subite et aigüe qui conduit directement la personne en soins psychiatriques. Cette ignorance provient de ce qui résulte de l’expression des émotions et de ce que crée la libération émotionnelle.

Bien au contraire les personnes faisant suite à une décompensation sont justement celles qui ne se sont pas permis d’exprimer leurs émotions. « Imaginez que vous entassiez vos émotions dans un contenant réduit. Vous fermez en pressant fortement le  couvercle pour rien ne s’échappe, mais avec le temps une fermentation gazeuse se produit et fait exploser le contenu »

Vivre ses émotions n’a donc rien de spectaculaire, tel que le sujet dirigé par son mental le pense. Bien au contraire ! C’est là que l’expérience acquise sur la gestion des émotions prend tout son sens. Voici comment je procède dans les grandes lignes.  La personne sera rassurée par :

 

 

  • Une relaxation physique et mentale, afin de revive et de retrouver plus facilement les scènes empruntes d’émotions fortes;
  • Un point d’ancrage qui est une technique permettant de s’accrocher à un vécu positif (telle une bouée) pour compenser éventuellement une émotion forte. (Mais c’est rarement le cas).
  • La troisième étape consistera à vivre la scène en tant disssocié de la scène.
  • La quatrième en étant associé, c’est à dire en tant qu’acteur, actrice de la scène afin de revivre la scène de façon positive.

 

 

Revivre la scène en tant qu’acteur ou actrice permet de remonter au moment le plus douloureux. Le but est alors de ressentir physiquement dans son corps, la boule, le nœud ou toute autre tension qui se manifeste. Cette tension est le blocage de l’émotion par le mental. Il se peut que l’émotion engendre une envie de « tuer ou d’étrangler » la personne qui est à l’origine de l’abandon.

Dans ce cas le mental s’oppose encore et quand l’émotion a lieu, elle est incomplète, c’est-à-dire qu’elle ne va pas jusqu’à la mort virtuelle de l’autre. Ce faisant la totalité ou une partie de la colère  subsiste donc, qui va se manifester par des maux de tête ou des nausées, par exemple. Il ne faut alors surtout ne pas renoncer, mais bien au contraire continuer de faire taire son mental et reprendre l’exercice.

Si ressentir et exprimer ses émotions est un processus très physique, il s’ensuit une libération qui s’accompagne d’un mieux-être immédiat; La personne éprouve une grande sensation de détente et à l’impression de respirer pleinement. Une joie intense, surgit et une sensation de légèreté. Peu après une grande fatigue peut apparaître mais qui n’a rien à voir avec la fatigue psychologique.

 

 

Si vous n’êtiez pas prêts(e) jusqu’à présent à vous libérer d’émotions négatives, récurrentes et invalidantes, vous savez maintenant qu’il existe des moyens pour ne plus fuir vos peurs. Vos peurs c’était de revivre des situations angoissantes, et de souffrance…

La méthode que j’ai décrite plus haut est rassurante et démontre bien que vous pouvez avancer « en vous-mêmes » en toute sécurité parce que  vous n’êtes pas seul (e) mais guidé par un professionnel qui maîtrise le sujet.

Au cours de votre accompagnement, vous allez découvrir que la libération d’émotions enkystées, imprégneront positivement tous les aspects de votre vie. La confiance et l’estime de soi, et aux autres engendreront l’harmonie dans dans vos relations.

Pour savoir si vous avez besoin d’aide, un entretien de 15 minutes vous est offert.

 

 

Share This