Qui sont ces personnes qui abandonnent leurs animaux sans vergogne?

 

 

 

 

Si le thème de mon site c’est la peur de l’abandon, je ne peux passer à côté de l’abandon des animaux pendant cette période estivale. C’est un acte odieux et criminel, d’abandonner son animal domestique, et je pèse mes mots. Je sais que je ne vais pas changer grand-chose à l’irresponsabilité de ses individus qui considèrent l’animal comme un jouet, et qui le jette parce qu’il devient encombrant.

Malgré tout, j’ajoute ma pierre à l’édifice pour dénoncer ce phénomène, et j’espère qu’indirectement je vais sensibiliser certaines personnes qui pourront empêcher ceux qui seraient tentés  de le faire.

Si je devais recevoir à mon cabinet une personne qui a abandonné son animal, que devrais-je faire? Le professionnel de la relation d’aide est censé, accompagné, aidé, et ne pas juger. Pour autant un Psy à des valeurs, il est humain, et pas exempt de réactions émotionnelles. A ce niveau j’atteindrai les limites de la compréhension et de l’empathie, même comme le dit l’adage: « tout comprendre c’est tout pardonner ».

Pardonner peut-être, mais oublier, certainement pas. Il faut éveiller les consciences, pour que ces actions ne se produisent plus, et chacun de nous à son niveau, peut faire entendre sa voix. Dressons le portrait des gens qui achètent un animal, pour l’abandonner ensuite sur une aire d’autoroute…

 

 

 

Portrait de l’abandonneur (euse)

 

 

L’égoïsme

La première réponse qui vient à l’esprit, c’est l’égoïsme. Nous vivons dans une société très individualiste, ou la consommation atteint des sommets. Nous prenons, et nous rejetons dès que l’objet ne nous plaît plus. Mais ici on parle d’un être vivant ayant des émotions. C’est celui que l’on considère comme le meilleur ami de l’homme, « Le chien ». Mais certains ne font  pas qu’abandonner les animaux, ils abandonnent aussi des personnes proches lorsqu’elles ne correspondent plus à leurs attentes égoÏstes.

Le chien pour ne citer que celui-ci, parce qu’il est le plus adopté des animaux, n’a que de l’amour pour son maître. Il ne connaît pas la violence, et s’il devient méchant, c’est qu’il a été le plus souvent maltraité. Il est maltraité, parce que ce sont ces personnes qui veulent  que l’on fonctionne comme eux, ils entendent, et non pas en respectant la liberté d’autrui, et en l’occurrence  la nature de l’animal. Il y aussi ceux qui achètent des animaux sauvages, pour s’enorgueillir d’être différent. Mais que font-ils,  sinon de priver ses animaux de leur liberté? Que font-ils si ce n’est que pour combler un manque, pour compenser un vide,  comme le ferait un alcoolique avec sa bouteille?

 

 

 

La compensation

Nous compensons pour combler un manque. Or comme on ne sait pas comment si prendre, ou que l’on veut tout simplement ne pas se confronter à notre manque, en faisant l’effort de le combler, on choisit la solution de la facilité en devenant addict, ou malheureusement en jetant son dévolu sur un animal pour boucher les trous dans notre vie. Le trou que l’on veut boucher, c’est bien entendu un vide affectif, une vie insipide dénuée de sens etc. Le PSY comprend que chacun d’entre nous souffre d’un manque? Et compense comme il le peut, mais lorsqu’il s’agit de la vie d’un animal qui va être totalement dépendant de son ou de ses maîtres, là il y a danger! Ce qui nous amène à voir de l’indifférence.

 

 

 

L’indifférence

L’indifférence est plus importante encore que la critique, ou quel que soit le sentiment que l’on peut ressentir pour autrui. Avoir un ressentiment pour quelqu’un, c’est déjà lui accorder une certaine attention. Alors qu’être indifférent, c’est que l’autre n’existe pas.  Lorsque l’animal ou une personne est abandonnée, c’est:  L’incompréhension, la stupeur, être perdu dans un monde hostile, le vide, le « non-être » la peur, la solitude, le sentiment d’être moins que rien etc. Tel est l’état émotionnel ou sensitif que les abandonnés peuvent ressentir.

L’indifférence, c’est être dépourvu de compassion, d’empathie, de bienveillance. Ces personnes se sont coupées de leurs sentiments pour ne pas avoir à ressentir la douleur, et du coup ils se coupent aussi des joies de l’existence. N’ayant pas appris à exprimer leurs « émotions-sentiments », ils compensent leur manque de sensibilité par de la froideur, et des comportements psychorigides. Ils sont prêts à écraser les autres pour obtenir une promotion. Ils brillent par l’acquisition de biens matériels. Incapable d’aimer les autres, parce qu’ils ne s’aiment pas eux-mêmes. Ils ramènent tout à eux en se faisant passer comme victime. Par exemple: « Je ne veux pas me priver de ses vacances, je les ai méritées, et je ne ferais pas le sacrifice de rester à la maison avec le chien, ou de partir dans un endroit qui ne me plait pas… »Ces personnes en ressentent pas la culpabilité.

 

 

La culpabilité

Paradoxalement, c’est parfois la culpabilité qui pousse les gens à adopter des animaux. Ils pensent faire le bien et en sont persuadés. Cependant il y « hic »! Sous prétexte de se donner bonne conscience, ou de se racheter une estime personnelle, ils adoptent un animal sans savoir s’ils sont capables de s’engager pour « le meilleur et pour le pire ». Si l’animal ne se conforme pas à leurs attentes, ou s’il tombe malade, et que cela engage des frais importants, ils abandonnent la partie. Adopter ou acheter un animal dans une animalerie ne s’improvise pas. Il faut être prêt à en assumer la charge. Nous ne prenons pas un petite chaton parce qu’il est mignon juste pour faire plaisir à notre petite fille qui a craquée devant cette petite boule de poils.

 

 

 

L’abandon des animaux

 

 

L’engagement pour 15 ans

Ne pas s’engager sur un coup de tête, en cédant à  une pulsion incontrôlée. Ceux qui craquent de façon compulsive, n’ont pas évalué toutes les conséquences que la responsabilité d’un animal entraîne. On se fait plaisir à soi-même, sans vraiment penser au bien-être de l’animal. Certains prennent à un chien pour des caractéristiques physiques qu’ils aiment. Un Pitbull pour sa puissance, un autre pour sa grâce, pour sa beauté etc. En fait ils font surtout des projections de caractéristiques qui leur manquent. Ne cherchez pas à combler vous manques par les autres, et encore pire par un animal qui n’a pas son mot à dire. De grâce, ne prenez pas un animal pour l’abandonner après! Il y a aussi ceux qui prennent un animal parce qu’ils sont seuls. C’est compréhensible pour les personnes âgées qui leurs rendent bien. Par contre pour ceux qui font la même chose, et qui abandonne l’animal dès qu’ils ont rencontrés un partenaire, c’est encore une fois totalement insensé.

 

Soyez pro-actif

Que vous pouvons-nous faire à notre niveau pour empêcher ces personnes qui abandonnent leurs animaux de compagnie sans scrupule? Pas grand chose une fois que le mal  est fait, sauf si vous rencontrez un animal égaré!  Appeler rapidement les autorités ou le refuge dont dépend l’animal. Peut-être que vous pouvez aussi convaincre une personne proche de ne pas acheter, ou adopter un animal si vous pensez qu’elle n’est pas mesure d’en assumer pas la responsabilité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Share This