Découvrez comment abandonner votre rancœur en apprenant à pardonner…

 

 

 

 

 

Comment savoir si vous conservez encore en  vous, de la colère, de l’amertume, ou tout autre  ressentiment négatif qui vous affecte dans vos relations. Nous entretenons consciemment et inconsciemment de la  rancœur contre ceux qui nous ont blesser, et les premiers contre lesquels nous sommes en colère sont nos chers parents. Nous attendions d’eux la sécurité, l’amour éternel et une  bienveillance inconditionnelle. C’était sans compter sur leurs propres histoires. Eux-mêmes ont subi des brimades, de l’indifférence ou toute autre sorte de maltraitance physique et psychologique, et n’ont fait que reproduire des schémas de références éducatifs et affectifs.

 

 

A votre tour, vous allez aussi reproduire les mêmes schémas  en arguant que c’est la seule façon de faire, ou en faisant tout l’inverse. Par exemple vous avez manqué d’amour, et vous en donnerez trop! Ils ont été trop rigides, et vous serez trop laxistes envers vos enfants…Il y aussi des situations qui n’ont pas abouties, et vous ressentez un sentiment d’échec qui se traduit  par le fait de vous méfier des autres, de ne plus vouloir entreprendre quoi que ce soit. Vous avez perdu votre confiance,  et vous ne croyez plus ceux qui se montrent sincères. Tout est perçu négativement.

 

 

La rancoeur est responsable de vos maux physiques. La rancoeur est une forme d’émotion sournoise parce qu’elle est reliée à plusieurs événements qui se sont accumulées avec le temps. Vous n’avez pas d’idées précises à ce sujet mais si l’on vous posait les bonnes questions, vous verriez qu’il  y a une somme considérable de situations qui vous ont miné, et détruit vos espoirs etc. Alors, est-ce que avez  envie de laisser cette rancoeur vous pourrir la vie? Si non, ce qui suivre va forcément vous donner des clés pour ouvrir des nouveaux horizons.

 

 

 

Abandonnez votre rancoeur en pardonnant

 

 

 

Apprendre à pardonner n’est pas  le seul moyen qui soit si vous voulez  retrouver la paix et la quiétude de l’âme, mais comment arriver à pardonner lorsque nous avons en nous que de la haine? Ne croyez pas que la pardon est un acte de renoncement, de faiblesse, comme il est souvent prêché par des personnes qui se disent pieuses, et qui non jamais eu à pardonner des actes odieux difficilement pardonnables.

Pour réussir à pardonner, il y tout un processus qui ne relève pas uniquement de votre volonté de pardonner. Il subsiste des entraves au pardon. Découvrez maintenant ce qui vous empêche de pardonner, tout en vous maintenant dans la souffrance?

 

 

Pourquoi il bon de  pardonner?

Il est bon de pardonner, parce que vous commencez par faire un acte bienveillance envers vous-mêmes. Entretenir de la rancoeur est nuisible autant pour les autres que pour vous. Que la personne soit encore de ce monde ou ne l’est plus, vous portez des blessures qui s’érigent en systèmes de protection pour ne plus revivre des situations douloureuses. Vous en arrivez à vous méfier des autres, à vous isoler. Vous avez peur de vous engager dans de nouvelles relations, vous pouvez développer des symptômes physiques très invalidants, et à l’extrême développer des phobies, et autres troubles de la personnalité…

Les blessures d’injustice, la harcèlement moral, un abus sexuel, une trahison laisse des traces. Cependant  nous n’avons pas toujours conscience de nos vieilles blessures:  Un abandon affectif, des attouchement sexuels alors que vous étiez très jeune, et de la maltraitance sous ces toutes formes ont leurs empreintes inconscientes. La question qui vous vient à l’esprit est de se dire: « Comment peut-on pardonner à quelqu’un si l’on a pas conscience d’avoir maltraité? » Et bien c’est tout l’enjeu de la situation! Pour le savoir, il est bon de reconnaître nos réactions disproportionnées, et de se poser la question:  »

Pourquoi est-ce que je ressens cela? Pourquoi suis-je toujours rejeté (e). Il est alors possible d’avoir vécu le rejet, ou l’abandon plus jeune. Renseignez-vous, et poser des questions à vos parents. Si vous ne trouvez pas de réponses, l’hypnose régressive peut faire remonter à la conscience des traumatismes refoulés.

 

 

Libérer la colère pour arriver à pardonner

Comment se libérer  de la rancoeur si vous éprouvez que de la colère envers ceux qui vous ont blessés? La colère est une émotion primaire, et en tant que telle,  elle doit s’exprimée, même bien des années plus tard. Nous avons tendance à chercher des circonstances atténuantes, aux autres même s’ils sont les auteurs de nos blessures. «  Une femme éprouve de la colère envers son père, qu’il là abusé, mais s’interdit  de l’exprimer puisqu’il a quand même subvenu aux besoins de cette dernière, lorsqu’elle était petite fille. »

 

 

 

Liberez la culpabilité pour vous pardonner?

C’est en partie la culpabilité pour faire court, qui empêcherait de pardonner. En effet, vous venez de constater qu’il n’est pas si simple de pardonner, pour se libérer de l’emprise de nos détracteurs. La culpabilité est inutile dans la mesure ou elle bloque vos émotions salvatrices. La confusion qui s’installe s’explique comme suit:  » L’enfant en nous cherche avant tout à se réparer. Il éprouve de la rancoeur, mais il pense qu’il est responsable de l’attitude du parent envers lui. Il pense qu’il n’est pas suffisamment (aimable), et c’est pour cela qu’il justifie le comportement de l’autre en lui trouvant des raisons. » Ex: Il me blesse, c’est que je suis méchant (e).

 

 

 

 

Comprendre c’est se détacher

Vous pouvez comprendre que pardonner n’est pas un acte de résignation, pour arrêter de se torturer. Ne confondons pas. Si vous pardonnez à l’autre sans avoir au préalable exprimer vos ressentiments, et libérer votre culpabilité, tout en vous pardonnant vous-mêmes, vous ne serez qu’amertume! Comprendre déjà, que votre soi-disant bourreau est aussi une victime de lui-même, n’est pas chose aisée. Il est difficile d’admettre qu’un tortionnaire, un pervers, etc a lui aussi vécu des situations douloureuses. Il projette maintenant sur autrui son mal-être, sa souffrance, car c’est le seul moyen qui l’a à sa disposition pour parvenir à survivre. La pardon est un processus qui se traduit en étapes comme le témoigne l’exemple suivant.

Léa vient de perdre son père. Elle est partagée entre la tristesse et la colère. Après avoir compris et accepter le comportement violent de son père, à l’époque ou elle était petite fille,  elle arrive à en faire le deuil, se libére de ces comportements compensatoires qu’il lui faisait rechercher le père symbolique au travers de ses rencontres masculines. Elle retrouve des relations affectives saines puisqu’elle ne projette plus ses manques sur les hommes, ainsi que son besoin de sécurité affective qu’elle na pas eu.

 

 

 

Se pardonner à soi-même

Aussi difficile qu’il soit de se pardonner, quand vous aurez compris l’importance et la nécessité du pardon, vous vous traiterez avec compassion et indulgence. Tous autant que nous sommes, nous commettons  des erreurs d’interprétation, et nous jugeons autrui durement parce que nous croyons que les autres agissent délibérément pour nous nuire. Loin s’en faut, en fait nous sommes tous de prétendues  victimes qui avons érigé des systèmes de défenses pour nous protéger des autres. Et la seule façon qui soit pour celui ou celle qui a peur, est d’agresser son prochain.

N’ayant pas été aimé comme vous l’espériez, vous retournez le ressentiment contre vous. Vous vous êtes cru indigne d’être aimé parce que  vous ne correspondiez pas aux critères de vos parents. Vous pouviez vous sentir responsable des disputes entre eux parce que vous étiez souvent pris à parti. On vous rétorquait peut-être que vous étiez méchants (méchantes) si vous ne faisiez pas ce que l’on vous disait de faire etc. Aujourd’hui vous ressentez un certain mal de vivre indéfinissable, vous manquez peut-être de confiance en vous, et vous échouez dans vos relations affectives. Alors Pardonnez-vous d’avoir déçu vos parents, de ne pas être parfaits où de vous sentir coupable de la mésentente qui régnait dans votre famille. En fait vous ne devriez pas vous pardonnez parce que vous n’êtes pas responsable. Mais pardonnez-vous d’y avoir cru!

 

 

 

Le pardon dans le couple

« Impossible de pardonner à qui nous a fait du mal, si l’on ressent que ce mal nous rabaisse, disait Simone Weil. Il faut penser qu’il ne nous a pas abaissés, mais qu’il a révélé notre vrai niveau.

Dans le pardon, il y a un travail de deuil. On espérait que l’autre nous aimerait comme on le souhaitait, qu’on l’imaginait ou le fantasmait, on en attendait tant. Ce n’est pas seulement notre amour qui a été touché. Quelque part, notre amour propre aussi est meurtri. L’autre a déchiré le contrat, il a brisé la belle image que nous nous faisons de notre couple, de notre réussite. Voilà qu’il faut en faire son deuil.

Apprendre à aimer l’autre, parce qu’il nous appartient pas, se rendre compte que c’est n’est pas nous-même qu’il a sali, mais l’amour de lui-même, qu’il lui faut aider à recouvrer. Il est un autre à redécouvrir.

Quel combat journalier pour porter sur l’autre un regard neuf, un regard d’amour bienveillant! Sans estomper ses défauts, quelle lutte pour chercher chez l’autre l’être de lumière enfoui dans un magma peut attirant, parfois repoussant! Quelle joie de voir des yeux s’illuminer quand on repère la part de cristal dans un être et qu’on le lui révèle.

 

 

 

 Pardonner vaut plus qu’avoir raison

 

 

 

– Etre capable de pardonner c’est quitter la peur qui nous empêche de faire confiance.
– Pardonner c’est donc faire confiance à l’autre.
– Confiance à l’autre et à ses potentialités d’ouverture et de changement.
– Confiance à nous-mêmes et à notre capacité d’aimer. Confiance à la vie et à sa magie du présent.

Pardonner c’est reconnaître non seulement que l’autre a fait des erreurs mais aussi que nous-mêmes en avons commises.
– Pardonner, c’est ne plus vouloir confondre l’autre avec ses erreurs, ni être confondu avec les nôtres.
– En arrêtant de confondre l’autre avec ses actes, nous affirmons que tous les êtres humains ont droit à un nouveau départ.
– Pardonner est un choix et tout choix exige un renoncement. Il s’agit d’abandonner nos attaches avec le passé pour nous ouvrir sur les potentialités du présent. Cela nous conduit à laisser derrière nous la souffrance à laquelle nous nous identifions pour vivre dans la liberté du présent. Nous nous offrons ainsi la liberté de ne plus souffrir car refuser de pardonner nous maintient dans notre douleur, prisonniers de nous-mêmes identifiés à ce que nous avons été.

 

 

Dérrière vos ressentiments, vos réactions démesurées, vos frustrations, votre comportement de victime ou de bourreau, il y a toujours de la rancoeur. Avez-vous envie de continuer à vivre avec ces fardeaux qui empoisonnent votre existence, et celles de vos proches? Pensez à ce que serait votre vie sans ses sentiments et émotions négatives?

Vous ne projetterez plus vos peurs sur autrui. Vous avancez avec confiance et sérénité. Votre aptitude à pardonner change votre regard sur la vie, et le regard  des autres sur vous…

Si vous êtes maintenant bloqué par la rancoeur, par la haine et que vous ne voulez pas pardonner, faites au moins quelque chose pour vous! Libérez-vous de vos sentiments négatifs, en m’appelant gracieusement pour un entretein de  15 minutes.

 

 

 

 Alors viendra la paix

Si tu crois qu’un sourire est plus fort qu’une arme,
Si tu crois à la puissance d’une main offerte
Si tu sais regarder l’autre avec un brin d’amour,
Si tu sais préférer l’espérance au soupçon,
Si tu estime que c’est à toi de faire le premier pas,
Si tu peux de réjouir de la joie de ton voisin,
Si pour toi l’étranger est un frère qui t’ai proposé,
Si tu sais donner gratuitement un peu de ton amour,
Si tu peux accepter qu’un autre te rende service,
Si tu partage ton pain,
Et que tu saches y joindre un morceau de ton cœur,
Si tu crois qu’un pardon va plus loin qu’une vengeance,
Si tu peux écouter le malheureux qui te fait perdre ton temps,
Et lui garder un sourire,
Si tu sais accueillir un avis différent du tien,
Si pour toi l’autre est d’abord un frère,
Si tu crois que la paix est possible,

 

LA NON VIOLENCE EST INFINIMENT SUPERIEURE A LA VIOLENCE. LE PARDON EST PLUS VIRIL QUE LE CHATIMENT. LE PARDON EST LA PARURE DU SOLDAT

 

 

Share This